Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2024 1 18 /03 /mars /2024 10:05
Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?

Cadastre napoléonien où l’on voit que l’église de Gournay a été intentionnellement positionnée sur une croix dessinée dans le paysage. (Qui reprend le nouveau Nord Géographique, nous avons rajouté les flèches noires sur les lignes qui se croisent du cadastre pour bien en comprendre le sens)

 

L’horizontale de cette croix est un Parallèle

quand la verticale est un Méridien.

 

Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?
Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?
Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?

Claude Elisée de Court comte de la Bruyère Premier Vice Amiral de France, Grand Croix de l'Ordre de Saint Louis achète le château de Gournay en 1719 et fait reconstruire l’église de Saint Arnoult en 1720 sur l’emplacement encore actuel (bien que cette nouvelle église ait-été modifiée dans le temps.)  La raison semble être qu'il ne voulait plus voir d'église dans son parc...

 

Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1523713w/f61.item

église ancienne par Claude Chastillon (1559-1616) bien positionnée avec son entrée à l’ouest.

Le mot "orienté" signifiait originellement « tourné vers l’Orient » 

Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?

Voici la nouvelle église de Gournay avec son cadran solaire sur le fronton:

 

Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?

 

« La disposition au septentrion de l’église avec son portail au sud permet d’avoir un cadran solaire sur le fronton de l’église, un hommage de marin aux astres qui l’ont guidé toute sa carrière de navigateur.
Peut être que l’orientation non conformiste de son église est un message de défi d’un vice amiral huguenot ou agnostique…

 Nous n’avons pas l’explication du frère dominicain Romain qui réalisa les plans et assura les achats du chantier et le suivi d’exécution de la construction aux frais du Vice Amiral Claude -Elysée de Court de La Bruyère.

Claude Schwartz »

Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?

Sur Internet un seul autre édifice est positionné de la sorte en France ?

La construction d'un édifice entièrement neuf, orienté nord-sud, dont on ne connait pas l'auteur. Travaux entrepris en 1788 Eglise protestante de Saint-Laurent en Alsace.

 

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/IA67009173

Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?

Cadran solaire de la Sorbonne à Paris Oeuvre de Jean Picard

Photographie de Jean-Marie Vugnon sur Wikipédia

https://adsabs.harvard.edu/full/1983LAstr..97..429G

 

L’époque est riche de découvertes comme celle du Nord Géographique (axe de rotation de la Terre) et la cartographie mentionne ce nouveau Nord qui rend désuet et imparfait l’ancien Nord Magnétique d’une boussole.

Avec le Méridien de Paris adopté par le géographe De La Grive, les croix dans le paysage que dessinent les châteaux de Champs et de Vaux-le-Viconte se déplacent vers la gauche:

 

Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?

Croix Nord-Sud Magnétique que nous avons rajoutée dans le paysage sur la carte de De La Grive  1740.

 

http://ids.lib.harvard.edu/ids/view/7724973?buttons=y

 

Premières triangulations par Cassini à l’est de Paris depuis les sommets dans le paysage:

Observatoire - Tour de Monthléry au sud et Tour de Montjay à l'est:

Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?

Observatoire de Paris, par où passe la ligne verticale du Méridien dans la carte de De La Grive

Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?

Quand j’ai dessiné l’Observatoire de Paris en 2002 il paraissait quasiment à l’abandon ?

 

Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?

Complément d’Informations sur la Borne Méridienne de Champs-sur-Marne du Duc de Lévis en 1783:

http://www.follet.org/overblog/conference.uia.pdf

 

Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?

Un peu d'humour pour terminer la démonstration sur cette église.

Place Staline à Gournay ?

 

 

"Place Staline" depuis 1945 quand la place de l’église a été débaptisée par notre Peppone local : Félix Mercadier

C’est un souvenir laissé par la municipalité communiste qui a régné sur Gournay de mai 1945 à mai 1947, et la bureaucratie du cadastre  n’a pas fait le nécessaire pour faire disparaître cette mention alors que l’Ex-Place de l’église-Ex-Place Staline est devenue  Place Charles de Gaulle depuis plus de 40 ans. Claude Schwartz.

 

Extrait  Gournay du site cadastre.gouv

 

Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?

ci dessous église de Gournay par André Jacquemin

Wikipédia : André Jacquemin, né à Épinal le 3 septembre 1904 et mort à Paris le 16 janvier 1992, est un peintre, graveur et illustrateur français.

 

Pourquoi l'église de Gournay n'est pas positionnée Est-Ouest comme toutes les autres églises ?

La Société Historique de Gournay va publier prochainement un document complet sur cette église...

 

Vos commentaires sur le positionnement UNIQUE en France (?) de cette église de Gournay-sur-Marne sont les bienvenus !

Lucien Follet

 

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2024 3 21 /02 /février /2024 16:53
Vue de la Marne à Gournay par HITTORFF Jacques Ignace, architecte
Originaire de Cologne où il est né en  1792, il y fut élevé quand Cologne était un département français. Son père l’envoya étudier l’architecture à Paris en 1810 à 18 ans,  il entra aux Beaux Arts en 1811 et en même temps il travailla au cabinet de Charles Percier.
 
Il a pour maître aux Beaux Arts, François Joseph Bélanger (qui sera en 1814, l'architecte du roi Louis XVIII qui confie à  Hittorff la conception et réalisation des bâtiments des fêtes du couronnement.
 
Le roi le fait  « Inspecteur du Roi pour les fêtes et cérémonies.  Il succède à Bélanger architecte de la Cour de 1818 à 1848. Il fit de belles choses aussi pour le Baron Haussmann et le secteur privé qui montrent qu’il avait bien intégré la construction métallique.

 

Vue de la Marne à Gournay par HITTORFF Jacques Ignace, architecte

Pourquoi ce dessin très peu lisible est superbe en réalité ?

Parce qu'il montre les divers éléments du paysage de la rivière à Gournay depuis le moulin de Chelles.

 

cadastre de Gournay napoléonien

Vue de la Marne à Gournay par HITTORFF Jacques Ignace, architecte

Flèche rouge, le Prieuré

Flèche noire, l'Eglise

Flèche verte, le Château

Flèche bleue, Le Petit Paris sur la rive droite

 

(On ne voit pas le pont traversant la Marne de Gournay à Chelles car celui-ci a été construit en 1829, ainsi ce dessin de Hittorff est antérieur à cette date)

Vue de la Marne à Gournay par HITTORFF Jacques Ignace, architecte

Pour imaginer voir ainsi cette perspective dans la nature, il faut savoir que la rivière n'avait aucun arbre sur ses berges. On peut le constater par cette carte postale de Noisiel vue depuis la berge de Vaires:

 

Vue de la Marne à Gournay par HITTORFF Jacques Ignace, architecte

(En 1954 ce château a été démoli par la famille Menier). Une vue du halage du début du XXe siècle surprenant, c'est donc ainsi que l'on comprend que Hittorff a pu, depuis le moulin de Chelles, voir en enfilade tous le bâtiments décrits...

 

 

Chateau de Gournay vu par Capaul  Archives du 93 6FI/199

(une vue, fin du XIXe siècle, du coté Est depuis le pont sur la Marne)

Vue de la Marne à Gournay par HITTORFF Jacques Ignace, architecte
Le paysage de Gournay devait être magnifique à l’époque. Le Chateau rouge de Gournay ressort bien au centre ( ne serait-ce pas sa façade Est plutôt que sa façade Nord).
Il y a sûrement des lavoirs  représentés car avant 1817, le château rouge est loué par les Nast à une entreprise dont les braves laveuses débarrassent la laine de la poussière et du suint avant un bon rinçage dans la rivière. 
Plus tard le Duc de Lévis et le comte de Chabrillan essaieront d’industrialiser la chose sans succès ( il a sans doute eu une demande d’autorisation d’exploiter et une étude d’impact sanitaire au comité d’hygiène)
 
 
Vue de la Marne à Gournay par HITTORFF Jacques Ignace, architecte
Paris doit beaucoup  à l’architecte Jacques Ignace Hittorff et à son beau père Jean Baptiste Lepère dont il fut le collaborateur.
Réjouissons nous  que presque toutes ses réalisations aient été classées.

La question en suspend est, pourquoi cet architecte si important est venu à Gournay ?

il est possible que son ami soit Nast de Gournay

 

 

Entre germanophones  , Hittorff rhénan et Nast autrichien il pouvait y avoir des affinités. Mais surtout je pense que Hittorff en tant que Inspecteur du roi pour les fêtes et cérémonies dès 1814 a probablement joué un rôle de prescripteur ou même de décideur en choisissant la vaisselle fabriquée par Nast  pour les fêtes d’intronisation de Louis XVIII. Nast avait fourni la cour de Napoléon Ier...
Vue de la Marne à Gournay par HITTORFF Jacques Ignace, architecte

Dessin de Jacques Ignace Hittorff de la tombe  de M et Mme Jean Népomucène Hermann Nast (1792-1867) au cimetière du Père-Lachaise, division 37.

 
Soit la tombe a été faite sans respecter le dessin de Hittorff, soit elle a été décapitée par un obus pendant la Commune, le Père Lachaise ayant été un de ses derniers champs de bataille:
 
 
Tombe telle que l'on peut la voir aujourd'hui:
Vue de la Marne à Gournay par HITTORFF Jacques Ignace, architecte

voir dessin de Hittorff

 

à suivre donc

Claude Schwartz pour le texte en vert d'eau

et Lucien Follet pour le texte en vert mousse

 

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2024 6 03 /02 /février /2024 16:42
Nouveaux panneaux de la Réserve Naturelle des îles de Chelles

Identiques aux anciens qui avaient tenu depuis 2008 date de la création de la RNR

 

Nouveaux panneaux de la Réserve Naturelle des îles de Chelles
Nouveaux panneaux de la Réserve Naturelle des îles de Chelles
Nouveaux panneaux de la Réserve Naturelle des îles de Chelles

celui de l'entrée du Lac n'a pas encore été restitué...

 

pour voir quelques renseignements sur cette Réserve Naturelle:

 

http://www.lemarneux.fr/2023/01/pour-les-trente-ans-de-la-protection-des-iles-de-chelles.html

 

Nouveaux panneaux de la Réserve Naturelle des îles de Chelles

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2024 2 23 /01 /janvier /2024 09:52
Information réunion crue à Chelles
Information réunion crue à Chelles

Nouveau PPRI Plan de Prévention du Risque Inondation

calculé d'après les cotes altimétriques des terrains

 

approximativement :

 

Bleu nuit 38 m du niveau de l'océan

Bleu ciel 39 m

Vert clair 40 m

Blanc  41 m

 

Information réunion crue à Chelles

Incidence des hauteurs des terrains entre canal et montagne :

 

c'est en effet le canal qui protège la ville basse de la remontée des eaux de la Marne

tous les terrains en bleu nuit à la cote 38 m seraient sous l'eau  ( niveau de la rivière cet hiver )

si les clapets de fermetures de l'exutoire Rivière des Dames à Gournay ne fonctionnaient plus

et si les pompes de rejets des eaux de la basse ville étaient inopérantes... 

 

Pour ces raisons de protection de la basse ville, les chemins de halage du canal à Chelles on plusieurs fois été rehaussés à la cote située entre 40 m et 41 m, donc au dessus de la crue 1910.

 

les trois rivières de Chelles, à savoir, ru de Chantereine à l'est, Rivière de Chelles au centre et Rivière des Dames à l'ouest sont sous la surveillance de Suez qui gère les pompes de relevage situées au sud des berges du canal...

 

Voici la maximale connue des scientifiques cote crue à 60 m :

Information réunion crue à Chelles
Information réunion crue à Chelles

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2024 1 15 /01 /janvier /2024 09:56

La plaque mise de côté au mémorial de Gournay

Participant à un travail mémoriel très fouillé de la Société Historique de Gournay sur les personnalités de 1939-45 liées à notre ville, je suis repassé ce samedi ensoleillé du 15 décembre 2023 devant notre monument aux morts.

 

Habitant de Gournay depuis 35 années, passant devant régulièrement, je confesse que je n’avais pas prêté assez d’attention à notre monument. Mais là, j'ai réalisé que je passais à côté de la plaque selon l'expression imagée.

 

Examinons une photo du monument qui date du 15 décembre 2013 et comparons-la à celle de 15 décembre 2023.

 

Si vous n'avez pas trouvé, la réponse est sur l'image suivante.

 

1 C'est une très belle sculpture d’Émile Boisseau de 1918, dont le sculpteur offrit la conception à la ville de Gournay. Pour manifester sa gratitude, la ville a rebaptisé l'ancienne rue Vivienne, rue Émile Boisseau. 

 

 

La plaque mise de côté au mémorial de Gournay

Rembobinons le film ......de l'histoire

 

En 1945-1946, le conseil municipal de Gournay, issue de la Résistance, était à majorité communiste.  Façon "Peppone contre Don Camillo",  il avait même "rebaptisé"  la place de l'Église, place Staline.

 

La municipalité  avait fait fixer sous la plaque de marbre blanc officielle des "Morts pour la France" posée en 1918 sa propre petite plaque de marbre noir avec les noms gravés en lettres d'or des fusillées et déportés qu’elle souhaitait spécialement honorer comme le demandait le "parti des 75.000 fusillés" (le chiffre vérifié par les historiens est inférieur à 5000) .

 

Fusillés et déportés

de 1940-1944

Morts pour la France

et une suite de noms

 

Je ne rentre pas dans le débat sur l'expression "Mort pour la France" dont l'usage a été strictement défini par la loi. Je renvoi à ce sujet à l'Office national des Combattants et Victimes de Guerre créé en 1946, soit après la pose de cette plaque noire. (www.onac-vg.fr)

 

2 C'est risible mais la Place Staline de Gournay existe toujours, personne n'en a fait disparaître le nom dans les fichiers de l'État, (vérifiés en novembre 2023) même si les plaques de rues ont disparu il y a très longtemps.

3 1940 à 1944 correspond à l'occupation de Gournay.

 

 

 

 

 

La plaque mise de côté au mémorial de Gournay

Comme il restait beaucoup de place sur la plaque, alors fut ajouté, comme dans tant d'autres villes communistes, le nom de Guy Môquet, un jeune militant communiste parisien, dont la dernière lettre a ému tout le monde à gauche et ....à droite depuis qu’elle est lue dans les écoles. Il n'était pas de Gournay-sur-Marne, c’était le fils de Prosper Môquet, ex-député communiste de la circonscription des Épinettes à Paris XVII (déchu en vertu des lois du gouvernent Daladier et interné politique en 1939).

 

Guy Môquet fut arrêté en 1940 à 16 ans pour diffusion de tracts (demandant notamment la libération de son père). Bien qu'il ait été acquitté, il fut retenu comme interné administratif et transféré en 1941 dans le camp de Choiseul pour internés politiques. À partir d'août 1941 les allemands se firent remettre des internés ou prisonniers comme otages.

Comme 49 autres, Guy Môquet fut fusillé le 22 octobre 1941 à Chateaubriant (44) pour venger l’assassinat d’un officier supérieur allemand responsable de l’ouest.

 

Ce héros n'était pas gournaysien, de fait son nom a été mal orthographié par la ville qui comme beaucoup d'autres villes inscrivit "Guy Mocquet"  au lieu de "Guy Môquet" sur la plaque de marbre noir et sur les plaques de l'ancien boulevard de la Marne (hommage des lotisseurs Bernheim à la fameuse Bataille de la Marne de 14-18) renommé en 1946, Boulevard Guy Mocquet. 

Personne depuis n’a osé corriger tant la plaque de marbre que les plaques de rue peut-être par crainte de se faire "moquer".

 

 

 

 

La plaque mise de côté au mémorial de Gournay
La plaque mise de côté au mémorial de Gournay

4 Plusieurs communes firent la même erreur. Plusieurs la corrigèrent.

 

Le premier nom inscrit sur la plaque de marbre noir est KAPE SALMON. II est doublement mal orthographié Son nom était KAPPE SALOMON.

 

Les KAPPE habitaient l'avenue Jean Mermoz à Gournay-sur-Marne. Connus de la Mairie comme "juif étranger",  Salomon  n'était pas sur la liste électorale  de 1939. Ils furent dénoncés à la Brigade Spéciale de la police par les services de la mairie, peut-être parce qu'ils étaient juifs étrangers en situation irrégulière, peut-être parce qu'il était résistant communiste.

 

Les détails sont dans les archives (déposées aux archives nationales) de la Cour de Justice qui a eu à juger et condamner les dénonciateurs et complices du 5 au 7 avril 1949.

 

Il y a eu amnistie depuis. Ensuite la France a mis quarante ans pour reconnaître certains de ses déportés.

Arrêté du 7 octobre 1994 publié au J.O. du 9 décembre 1994 page 17485

 

Par arrêté du ministre des anciens combattants et victimes de guerre en date du 7 octobre 1994, il est décidé d'apposer la mention "Mort en Déportation" sur les actes de décès de

 

La plaque mise de côté au mémorial de Gournay

Que sait-on des KAPPE, peu de choses en vérité :

SALOMON KAPPE était né à Odessa (alors en Russie) le 25 avril 1900. Il fut interné à Drancy puis transféré à Auschwitz-Birkenau par le convoi n°55 du 26/06/1943 comprenant 1018 hommes et il fut tué à Auschwitz, le 1er novembre 1943 à 43 ans.

 

 

Son épouse ESTHER KAPPE née WASSERMANN à Lublin en Pologne, le 17/01/1899, fut internée à Pithiviers et transférée à Auschwitz-Birkenau  le 03/08/1942 par le convoi 14 train 901-12 parti de Pithiviers le 3 août 1942 avec 1034 femmes et enfants.  Elle fut gazée à Auschwitz, le 15/12/1943 à 44 ans.

 

Injustice supplémentaire le nom de Mme Esther KAPPE née WASSERMANN a été TOTALEMENT oubliée à Gournay , et ce même en 1945 par les camarades de son époux.

 

En somme que constater :   ll y a eu des erreurs dans les noms, les fusillés et déportés n'ont pas été respectés, et "après l’amnistie de 1963 , il y eut amnésie officielle »

 

Maintenant je me dis que les jardiniers ont peut-être bien fait de cacher cette triste plaque en attendant éventuellement mieux de nos élus.

 

Claude Schwartz

 

Avec pour les recherches et les archives l'excellent concours de la Société Historique de Gournay

 

5 des brigades spéciales de l'état français étaient chargées d'arrêter les communistes, les juifs et d'autres minorités en situation irrégulière.

6 La mairie est restée en place jusqu'à la désignation de la délégation spéciale de Gournay

 

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2023 5 06 /10 /octobre /2023 22:52
Réseaux d'assainissement de type UNITAIRE le ru Saint-Baudile à Neuilly-sur-Marne
Réseaux d'assainissement de type UNITAIRE le ru Saint-Baudile à Neuilly-sur-Marne
Réseaux d'assainissement de type UNITAIRE le ru Saint-Baudile à Neuilly-sur-Marne

ci dessus dans le dossier Etat des Lieux du SAGE Marne confluence de septembre 2012, le cas du ru Saint- Baudile.

ci dessous la cartographie de Cassini montre le tracé de ce ru ancien venant de Gagny et Villemomble, il se jetait en amont dans la rivière. 

Réseaux d'assainissement de type UNITAIRE le ru Saint-Baudile à Neuilly-sur-Marne

En 1694 cette carte de la BNF avec le Sud vers le haut de l'image donne son exutoire à Ville-Evrard, le ru Saint-Baudille s'appelle alors Ru de Ville-Evrard.

Réseaux d'assainissement de type UNITAIRE le ru Saint-Baudile à Neuilly-sur-Marne

Ainsi avant de monter le travail incroyable entrepris pour amener cet égout de l'autre coté de la Marne vers la station dépuration de Noisy-le-Grand, observons ce que disait le maire de Gournay au sujet de cette pollution constante de l'eau de la rivière:

 

Réseaux d'assainissement de type UNITAIRE le ru Saint-Baudile à Neuilly-sur-Marne
Réseaux d'assainissement de type UNITAIRE le ru Saint-Baudile à Neuilly-sur-Marne

En version recopiée contemporaine

Réseaux d'assainissement de type UNITAIRE le ru Saint-Baudile à Neuilly-sur-Marne

Il aura donc fallu 132 ans pour que le brave maire de Gournay dénonçant cette horreur du ru Saint-Baudile soit entendu !

 

(On ne sait pas ce que l'industriel chocolatier MENIER  Conseiller général de Seine et Marne a donné comme suite à cette dénonciation d'utilité publique ?

Toutes les rivières à l'époque servaient de déversoir d'égout wc inclus, pour cette raison toutes les villes les ont busé pour ne plus les voir, ni les sentir...

En 1970 la situation est si dangereuse que la baignade en Marne fut interdite ...)

 

Réseaux d'assainissement de type UNITAIRE le ru Saint-Baudile à Neuilly-sur-Marne

 

Voici donc la solution on fait passer sous la Marne le ru Saint-Baudile avec sa pollution infecte et dangereuse pour aller directement à la station d'épuration de Noisy le Grand...

 

Réseaux d'assainissement de type UNITAIRE le ru Saint-Baudile à Neuilly-sur-Marne
Réseaux d'assainissement de type UNITAIRE le ru Saint-Baudile à Neuilly-sur-Marne
Réseaux d'assainissement de type UNITAIRE le ru Saint-Baudile à Neuilly-sur-Marne

Pour voir le dossier complet du communiqué de presse

 

 

Pour voir le Journal en 1891 de l'intervention de Roger Ballu dénonçant le ru Saint Baudile:

 

 

merci à Claude Schwartz

Administrateur de la Sté Historique de Noisy-Gournay-Champs

pour avoir déniché cette perle dans les journaux anciens...

 

 

Lucien Follet

Membre de la Commission Locale de l'Eau du SAGE Marne confluence.

 

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2023 3 27 /09 /septembre /2023 14:57
Octavie  SÉAILLES une artiste peintre en découverte au Musée Eugène Carrière de Gournay

Portait présumé de Marguerite Carrière par Octavie Séailles 

 

VOIR le site présentant cette peinture

Nous avons là une très belle peinture de la fille de Carrière.

Octavie Paul Séailles fut l'élève d'Eugène Carrière. La lumière de cette oeuvre est pourtant à l'opposé des oeuvres de ce maître... Preuve que son enseignement ne portait pas préjudice à l'originalité de l'élève ...

 

Eugène Carrière ne présentait comme modèle que des oeuvres ( ARTNET) dans ce style :

Octavie  SÉAILLES une artiste peintre en découverte au Musée Eugène Carrière de Gournay
Octavie  SÉAILLES une artiste peintre en découverte au Musée Eugène Carrière de Gournay

ou encore 

 

Octavie  SÉAILLES une artiste peintre en découverte au Musée Eugène Carrière de Gournay
Octavie  SÉAILLES une artiste peintre en découverte au Musée Eugène Carrière de Gournay

Mais en recherchant une possible image plus colorée de Carrière, nous avons trouvé celle-ci absolument superbe:

Octavie  SÉAILLES une artiste peintre en découverte au Musée Eugène Carrière de Gournay

il s'agit de René le fils d'Eugène Carrière (tableau vu sur Artnet, mais le site n'est plus valide )

Ainsi Carrière savait aussi utiliser la couleur...

Reste à connaître les dates de ces deux tableaux pour savoir lequel a été peint en premier 

celui d'Octavie Séailles ou celui de Carrière ?

Serait-il possible que l'élève (pour la couleur) ait influencé le Maître ?

 

 

Quelques petits tableaux d'Octavie Séailles sont visibles actuellement

au Musée Eugène Carrière de Gournay-sur-Marne

Exposition du peintre Désiré-Lucas

Lucien FOLLET

 

 

 

 

 

 

Quel talent cette Octavie Charles Paul Séailles. Dans sa "Marguerite Carrière"  lumineuse elle n’avait rien à envier à son Maître.

 

Mais je me suis demandé pourquoi cette femme avait une signature masculine. Elle signait Charles Octavie Séailles  et plus souvent   Charles Octavie Paul Séailles.
Au point que des sites de référence comme  
ne savent pas que c’est une femme.
 
Elle a parfaitement le droit de signer  Séailles du nom de son époux Gabriel SÉAILLES, le philosophe grand ami de Zola. (Pourquoi n’aurait-elle pas bénéficié de la notoriété et de la popularité dans les milieux intellectuels de son philosophe de mari.)
 
Mais elle semble se jouer du public quand elle mélange à son propre prénom Octavie, ceux de Charles et Paul. 
La réponse est dans l’état civil:
 
 
Si elle signe parfois  Octavie Charles PAUL SEAILLES, elle ne faisait que rendre hommage à son père Charles PAUL. 
Elle finira par signer au verso avec  un tampon  « Séailles » 
 

Claude SCHWARTZ

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2023 4 21 /09 /septembre /2023 08:47
le dernier essai du PPRI de Chelles

Un important travail d'exactitude des hauteurs altimétrique de la ville se retrouve dans cette nouvelle cartographie.

Ici entre Marne et voies ferrées.

Les cotes altimétrique sont approximativement avec une variation allant jusqu'à 20cm:

de 38m du niveau de l'océan pour la couleur bleu nuit

39m pour la couleur bleu ciel

40m pour la couleur vert clair

 41m et plus, pour la couleur blanche

le dernier essai du PPRI de Chelles

VOIR le document complet:

 

Pour le bord de Marne ce projet nous semble correct avec la simplification des informations en couleur .

Ce document date de décembre 2018, mais nous n'en avions pas connaissance...

 

Si vous avez des avis sur cette nouvelle cartographie nous les publierons dans les commentaires.

 

lemarneux

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2023 4 24 /08 /août /2023 14:16
La maladerie Saint-Ladre de Gournay

 

Au 11ème siècle l'évêque de Paris décida d'implanter une maladerie Saint-Ladre (léproserie) entre Gournay-sur-Marne et Champs-sur-Marne (1), un lieu inhabité, non inondable, pour offrir un asile bienveillant et charitable aux malheureux lépreux des paroisses voisines et même de Paris moyennant une fraction de dîme.  À l'époque Gournay avait déjà une prévôté, un prieuré. Champs aurait sa léproserie.

 

 

La maladerie Saint-Ladre de Gournay

Saint-Ladre est l’autre nom de Saint-Lazare, mort couvert de pustules qui fut ressuscité par Jésus trois jours après ses funérailles. 

 

On savait bien que, mis à part un miracle, il y avait peu de chance de guérir de la lèpre, alors l'église voulait apporter un secours charitable à ces âmes que le corps abandonnait.

Une organisation fut mise en place : les villes ou seigneureries souhaitant soulager leurs lépreux versaient périodiquement à l'administrateur épiscopal de la léproserie une cotisation proportionnelle à son nombre de foyers, pour très vite obtenir une place dès qu'un cas de lèpre se déclarait. C'était déjà une sorte de mutualisation. L'encyclopédie de 1751-1765 a dit qu'il y eut plus de deux mille léproseries dans le petit royaume de France en 1225 et près de dix-neuf mille dans la chrétienté (2).

 

 

La maladerie Saint-Ladre de Gournay
La maladerie Saint-Ladre de Gournay
La maladerie Saint-Ladre de Gournay

La maladerie de Saint-Ladre de Gournay (près de la rue des Tulipes et de la rue Jean Jaurès à Champs), ne recevait que des malades de la lèpre, qui étaient contrairement aux idées reçues (3) aux petits soins des clercs ou des religieux de l'établissement qui suivaient les préceptes de charité de Saint Augustin et leur prodiguaient ces soins tout en étant chargés des travaux ménagers et agricoles. Un chapelain dédié, en plus des services religieux pluri quotidiens mâtines et vêpres, leur disait quatre fois par semaine la messe dans sa petite chapelle.

 

 

La maladerie Saint-Ladre de Gournay
La maladerie Saint-Ladre de Gournay

L'administrateur itinérant de l'évêché s'assurait que les legs (hérités des lépreux), les rentes, les cotisations, les potagers, vergers, pâtures et champs de céréales, vaches, chèvres et volailles, propriétés et loyers encaissés de la léproserie lui permettaient d'assurer la subsistance de l'établissement.  Il brassait beaucoup d'argent et avec ses surplus la léproserie put s'acheter de plus en plus de terres pour avoir des réserves en cas de coup dur, faisant des jaloux et des envieux.

 

La maladerie Saint-Ladre de Gournay
La maladerie Saint-Ladre de Gournay
La maladerie Saint-Ladre de Gournay

Parfois pour qu'il se rende utile, on sortait de son internat le lépreux sous surveillance discrète. Il agitait sa cliquette pour prévenir de son arrivée et il demandait l'obole en tendant sa sébile au bout du bras ou mieux au bout d'un bâton, au carrefour du chemin du Pont de Gournay avec le chemin de Champs (place Churchill à Gournay).

Le protocole sanitaire de l'Église était plus charitable que celui très strict qui avait été dicté par Dieu à Moïse et rapporté en 48 versets dans le chapitre 13 du Lévitique : en cas de soupçon de lèpre, isoler le malheureux sept jours et le réexaminer,  et ainsi de suite tant qu'il est jugé impur par le religieux chargé du "tri"  comme disent les spécialistes des maladies infectieuses.

 

La maladerie Saint-Ladre de Gournay
La maladerie Saint-Ladre de Gournay

Mais avec le temps, le retour de la peste et d'autres maux, la doctrine de l'église évolua et l'isolement devint une fin en soi pour prévenir la contagion, calmer les peurs des 99,2% de la population qui n'avaient pas la lèpre et aussi un moyen préférable au bûcher, qui était pratiqué pour les lépreux encore sous Philippe V (1294-1322) mais que l'église préférait réserver aux sorcières  (6) et aux impies.

 

 

La maladerie Saint-Ladre de Gournay

Et puis les évêques constatèrent que les maladreries bien gérées pouvaient être excédentaires. Dans les comptes de la Prévôté de Paris parmi les dépenses ordinaires de l'an 1475, il est noté un versement "de 20 livres-parisi à la maladrerie Saint Ladre de Gournay-sur-Marne", une belle somme.

Lebeuf, Jean (1687-1760) historiographe de l’évêché disait entre les lignes que la léproserie de Gournay ratissait très large géographiquement et que son collateur (percepteur) collectait des cotisations (décimes) pour la lèpre, faisant des jaloux et mécontents surtout comme la lèpre s'éloignait :

"La Léproserie ou Maladerie de Gournay est ancienne. Dès l'an 1352, il s'étoit ému une difficulté touchant le Collateur. Il en est parlé dans les Registres du Parlement, et dans celui de la visite qui en fut faite en 1351. Les lieux qui avoient droit d'y prétendre leurs malades après Gournay, étoient Chelles, Noisy-le-Grand, Villiers-sur-Marne, Champs, Noisiel, Hemery (Émerainville), Bercheres, Rantilly, Beaubourg, Lognes, Croissy, Torcy, Collegien, Saint-Germain-des-Noyers, etc... Le revenu devoit avoir été proportionné à de si grandes charges. ... L'Evêque de Paris y nommait l'Administrateur. .....Elle est encore au rôle des Décimes."

 

Un business ?

 

Après que fut constaté la régression de la lèpre, l’administrateur de la maladrerie de Gournay-sur-Marne consentit en 1574 un bail (7)  de ce local sous-utilisé à Antoine Roussel un hôtelier-cabaretier du Pont de Gournay qui en fit un "bon accueil" qu'il appela peut-être son bel "or pea" (Or pea signifie "ce pays" en latin). Sûrement une bonne opération pour la léproserie.

 

La maladerie Saint-Ladre de Gournay

Ci dessous sur une carte de l'époque : Le Cabaret de Gournay rive droite ancêtre de la Maison Roux.

La maladerie Saint-Ladre de Gournay

Il y a peu d'autres traces de la riche léproserie de Gournay à Champs dans l'histoire (8) . Des actes mentionnent la présence à Chelles en 1191 d'une "succursale" de la maladerie de Saint-Ladre de Gournay (9).

Les cartes de l'évêché par l'abbé Delagrive en 1740 signalaient encore la "léproserie" par un symbole carré et des croix sur ses chemins d'accès. Dans d'autres cartes, comme celle de N. de Fer en tête de l'article, seule la chapelle de la léproserie est représentée par une croix sur un rond.

Dans les cartes de l'intendance de Mme Ve Gabriel Michel en 1767, la parcelle se nomme Maladrie mais ni le bâtiment ni la chapelle ne sont représentés.

 

La maladerie Saint-Ladre de Gournay

Plus tard dans le cadastre dit napoléonien une parcelle triangulaire  d’environ 14 hectares en limite de Champs porte toujours  le nom de « Maladrie »  entre :

  • Le chemin de Gournay à Champs ( rue Jean Jaurès à Champs  D226)
  • Le chemin du Pont de Gournay (avenue des Princes à Champs  D104)
  • Le chemin de Noisy à Champs (avenue du Gal De Gaulle) à Champs

 

La maladerie Saint-Ladre de Gournay
La maladerie Saint-Ladre de Gournay
La maladerie Saint-Ladre de Gournay
La maladerie Saint-Ladre de Gournay

Le site de la ville de Champs-sur-Marne (10) indique que la léproserie de Champs existait à la limite de Gournay-sur-Marne jusqu’au XVIIème siècle.  Au moins jusqu'à ce qu'un arrêt du 3 août 1697 (11) pris par Lettre Patente décida que la maladrerie de Champs près de Gournay soit rattachée pour ses revenus à l’hôpital de la ville de Lagny. Une municipalisation de la santé était en marche. L'évêché serait bientôt fermé de l'intérieur.

 

Remerciements à l'hospitalité de lemarneux.fr, à  Lucien Follet,  à Alain Bathelmay SHNGC

 

Claude Schwartz

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 août 2023 6 05 /08 /août /2023 14:30
L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

 

Dans cet essai d’image, nous voyons une représentation de ce fameux Pont mobile, avec sa partie centrale qui semble inexistante… Mais, si vous regardez bien, avec minutie, vous apercevrez que la pile centrale, ronde dans la rivière, supporte un tablier qui se superpose au tablier accroché à la rive droite, au Fort.

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

Sur cet extrait, carte de 1690 Des Environs de Paris, dessiné par De Fer géographe (1647-1720 Gallica BNF) on distingue bien que le Pont de Gournay est sectionné en trois tabliers dont celui du centre est manquant. (Et ce plan en trois sections est unique dans toutes les représentations de ce Pont de Gournay.)

Un petit fortin en haut pour la route allant à Chelles et en bas un ensemble de vie avec le Fort, le Château et le Prieuré. (Représentés par des petits dessins formant symboles, tous les mêmes, pour les autres lieux de cette cartographie).

Le tout évidement, pour la sécurité de l’époque, entouré de remparts avec, comme protection au Sud, les fossés du Bras Saint-Arnoult pour le Fort protégé par un pont levis…

 

Voici la description de ce Pont mobile de Gournay:

C’est là l’ingénieux système élaboré par le constructeur de ce Pont, qui c’est abondamment inspiré du grand Maistre Francesco di Giorgio Martini, 1439-1502, avec son inépuisable Traité des machines et engrenages servant à tout ce qui demande force et travail surhumain…

 

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

Le principe premier est que ce tablier central est « équilibré » depuis la pile ronde qui lui sert de pivot. C’est à dire qu’il s’agit de la mise en application, simple, de la « balance romaine », dont le poids est égal à droite et à gauche du pivot vertical:

 

Réglé par le plomb qui se trouve dans un caisson à la pointe gauche de ce tablier, ce poids de plomb A est égal à tout le tablier B central. Celui-ci peut ainsi facilement pivoter sur lui même, pour venir s’accrocher à la section Nord du troisième tablier du Pont.

 

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

Le deuxième principe, que l’on peut voir par cette image, est le procédé ancien du roulement à boules. Celui-ci va permettre, aux deux tabliers qui se superposent au dessus de la pile centrale ronde, de coulisser, en douceur sur lui même…

A,  est le poids de plomb

B, le tablier tournant

C, le pivot de métal qui s’enfonce dans la pile

D, le roulement à boules

E, la pile fixe du pont dans la rivière

 

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

D, Le roulement à boules: ce plateau est de diamètre aussi grand et puissant que possible, sous le tablier. Il mesure environ 6 pieds de large, comme le plateau du tablier. Les deux parties qui le composent, la partie fixe et celle amovible, sont creusées, identiquement, d’un demi-godet pour recevoir la boule de bois F, qui mesurera environ 1pied de diamètre (fait du bois le plus dur que l’on connaisse).

(13 godets et boules au lieu de 12, n’étant pas ainsi obligé de réclamer, pour la protection divine du Pont, la bénédiction des moines du Prieuré).

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

 

Le troisième système est celui des deux chaines ( ou cordages plus facile à remplacer) qui vont permettre, depuis le quai du Fort, de faire coulisser le tablier pour le faire tourner. C’est dans la masse du bois que les deux goulottes seront creusées, pour recevoir les deux chaines, sur tout le pourtour du roulement tournant supérieur.

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

Les deux chaines sont tenues par les anneaux de métal vissés dans la masse du bois.

Dans l’image dessiné du Pont, on voit que deux soldats sont à la manoeuvre avec les poulies sur le quai de droite. Ce sont eux qui règlent à volonté et en coordination, le tablier mobile, sur l’ordre immédiat du Chef de surveillance du Pont (en cas de danger) situé en hauteur sur la nacelle servant de tour de guet.

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

Sur cet exemple on comprend son fontionnement:

Si l’on enroule la chaine N° 2 sur le treuil du quai, le tablier se déplace seul, en demi rotation circulaire, pour aller se bloquer sur la rive Nord du pont, ainsi il est « Ouvert «.

 

A l’inverse, quand on treuillera la chaine N°1, le tablier reviendra à sa position « Fermé-sécurité ».

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

Le rendement, pour la précision de l’ajustement entre eux des trois tabliers du Pont, sera fait en inversant ces tirants en direction des treuils sur le quai.

Ce travail d’ouverture-fermeture du Pont peut également servir pour le passage des barges de transport trop volumineux en période de niveau élévée de la rivière. La Marne à Chelles-Gournay ayant une différence de niveau d’eau « été hiver » pouvant atteindre plus de 12 pieds de haut.

Au delà devient possiblement une crue catastrophe pouvant emporter l’édifice entier…

 

(Nota: le SUIF de boeuf sera prescrit pour graisser les goulets, les boules et les treuils, avant chaque hiver de préférence)

(Petite précision sur les mesures anciennes: 1 pied = 33cm environ.

On ne comprend toujours pas pourquoi l’auteur de ce texte s’évertue à donner des mesures en pieds ?)

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

Représentation de Gournay par Claude de Chastillon 1559-1616 donc la plus ancienne vue connue avec ses fortifications, cette image pose un vrai problème de volume, d’habitat de constructions et d’eau autour du Fort ? ( voir la  PAGE 12 )

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1523713w#

Si cela était vrai, nous aurions alors le Prieuré inclus dans l’enceinte. De haut en bas, Pont sur la Marne, Pont sur le Bras Saint Arnoult et pont levis sur le rempart de l’enceinte Sud qui longe le ru de Nesle ?  Mais aucune description historique ne nous donne une ville aussi importante ?

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

 

Pont levis sur le Bras Saint Arnoult à l’époque du Fort de Gournay:

 

Les fourches patibulaires, les potences et les gibets… (collage reconstitution d’après des images de la BNF)

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

Lectures complémentaires et diverses de Claude Schwartz, que nous remercions, au sujet de ce pont et du dénombrement, par le passé, de la population de Gournay. Il s’agit vraiment d’un autre monde que l’on peine à imaginer tant le vide d’humains régnait dans les paysages des siècles décrits dans ces pages…

 

(Voir plus loin, en 1709 pour la ville de Vaires : 8 Feux !)

 

A Gournay vu la piété et l’honnêteté des sujets,  je pense qu’une potence à deux cordes  devait amplement suffire.

Et puis si le seigneur voulait punir des bateliers de passage particulièrement, malhonnêtes, impies ou  malpolis, on pouvait toujours ajouter des cordes de pendu sous les arches du pont en cas de besoin. Il y avait aussi la menace d’enfermer les malhonnêtes gens dans

la léproserie de Gournay (route de Champs)  qui devait être bien dissuasive.

Ce pont à péage sur la Marne est depuis toujours une source de rentabilité pour les seigneurs du Fort de Gournay. L’autre solution pour traverser la rivière, le bac, il n’est pas non plus gratuit !

 

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

Sur la place du Fort, après l’entrée Sud par le Pont levis sur le Bras Saint Arnoult

 

( de Claude Schwartz sur ce pont de Gournay):

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)
L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

 

Suite au sujet de ce pont:

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

Et si le grand Léonard n’écrivait sur ses dessins qu’à l’envers, simplement pour ne pas être confondu avec son prestigieux prédécesseur qui lui n’écrivait qu’à l’endroit, comme on peut le constater sur ce dessin ?

(A, est un oeil)

 

Ainsi, première leçon du Maistre, pour penser construire un pont sur la Marne, commençons donc par en mesurer sa largeur…

Dessin extrait du : Traité d’architecture de Maistre Francesco di Giorgio Martini

 

ci dessous études de treuils  et d'élévateur par Giorgio Martini

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)
L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

Ci dessous Pont mobile par Léonard de Vinci et étude de poids

(dans le codex-atlanticus. ambrosiana)

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)
L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

 

Habitants de France en 1709:

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k822835/f4.item

 

35  feux pour Gournay correspond ainsi à la description d’Hector Malot qui voit, lors de son passage dans ce village en 1875, (un siècle et demi plus tard) « entre vingt et trente maisons… »

http://www.lemarneux.fr/2023/06/hector-malot-et-le-moulin-flottant-de-chelles.html

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

  

Champs 42

Chelles 210

Noisiel 29

Gournay 35

Vaires 8

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

 

C’est encore Delagrivre en 1740 qui donne le meilleur positionnement du Bras Saint Arnoult ainsi que du ru de Nesle ici en Y, qui sert sur sa droite de frontière avec Champs et sur sa gauche à alimenter en eau le Bras Saint Arnoult. Le pont sur la Marne n’existait plus à cette époque on traversait avec le bac. Le pont sur le Bras Saint Arnoult est bien représenté. En fait c’est la première cartographie réelle des lieux, qui ne se contente pas de représentation par petits symboles.

De plus c’est aussi la première carte au Monde positionnée au Nord géographique, quand toutes les autres sont aléatoires ou bien positionnée avec une  boussole, c’est à dire au Nord magnétique…

 

 

 

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

Le Pont qui traversait la Marne a été gommé par De Fer, pour sa mise à jour de la carte de Gournay en 1728 ?

Contrairement à sa carte de 1690 (du Pont mobile), il montre bien ici que le Bras Saint Arnoult est important au point de former une île autour du château. Le seul pont restant au sud étant probablement un pont levis, car le Bras n’est pas très large à cet endroit.

 

L'imaginable Pont mobile de Gournay (sur Marne)

Les définitions des petits  symboles en 1728 se sont diversifiées, au point de faire une distinction entre les lieux où sont les Hommes, des habitations où sont les Filles, dans les Abbayes, les Prieurés, les Couvents ou encore les Monastères.

 

Constatation d’un moulin par la petite roue sur la rivière à coté du Château

Lucien Follet

 

 

lectures sur le sujet du Gournay ancien:

 

La goulette de la Maréchale

 

Elle a passé le pont de Gournay. Elle a bu sa honte

 

La Justice à Chelles en 1740

 

l'Eglise du Prieuré de Gournay

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Blog de l'association Riverains bords de Marne CHELLES 77500
  • : Site participatif qui publie des actualités concernant la rivière Marne et ses alentours...
  • Contact


PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT
association agréée L.141-1 du Code de l'Environnement
par arrêté Préfectoral: de 2005 à 2013.

Recherche