Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2023 5 26 /05 /mai /2023 08:50
Remblais du moulin de Chelles comparaison 1935, aujourd'hui...

Un internaute nous a fait parvenir cette superbe photo de famille de 1935, où l’on voit les arches du Moulin de Chelles avant remblaiement des années 90.

Ainsi sûr de cette affirmation, j’avais demandé que la description du moulin, pour le PLU de 2018, soit revue car il était précisé que c’étaient les limons qui avaient englouti la base des piles des arches.

 

Quant à l’évidence, même si des limons sont déjà présents sous les arches du moulin en 1935,  il s’agit pour le résultat visible aujourd'hui, d’une volonté d’aménagement.

 

Seule l’arche qui contenait la roue est restée sans remblai. Sur la photo de famille une personne pouvait se tenir debout sous la ligne rouge du remblai…

 

 

 

Remblais du moulin de Chelles comparaison 1935, aujourd'hui...
Remblais du moulin de Chelles comparaison 1935, aujourd'hui...
Remblais du moulin de Chelles comparaison 1935, aujourd'hui...

Nous pensons qu'un jour nos enfants condamneront ce remblaiement des arches du Moulin.

La beauté de cette architecture a été mésestimée à l'époque et son élégance dans le paysage de l'eau masquée par cet aménagement réducteur...

 

lemarneux

 

 

Infos complémentaires : Voir Moulin

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2023 3 24 /05 /mai /2023 20:45
Le peintre Camille Bourget peignant le moulin de Chelles
Le peintre Camille Bourget peignant le moulin de Chelles

Cette photo de 1935 montre le peintre Camille Bourget réalisant son tableau Le moulin de Chelles depuis la rive gauche de la Marne à Gournay. Les admiratrices qui le regardent peindre ne semblent pas le perturber dans son travail.

 

C'est assez exceptionnel, dans le monde de l'Art, de trouver pareille photographie entre le peintre et son modèle...

 

Nous l'avons reçue comme rectificatif suite à la publication de ce tableau sur la page Blog, avec une date d'exécution erronée... 

 

(Collection particulière, pour cette photo unique) 

 

Merci pour cet envoi nous permettant de recadrer la page:

" La douceur de vivre des bords de Marne à Chelles Gournay" 

 

lemarneux

 

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2023 7 21 /05 /mai /2023 09:36
La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

Bord de Marne par Paul Morizet 1902 (glané sur Internet)

 

 

S'il y a un personnage qui à la Belle Époque va faire connaître Gournay-sur-Marne, une toute petite commune de 286 habitants, au monde artistique sans être artiste, c'est bien Roger Ballu. Un esthète.

Maire de Gournay-sur-Marne de 1898 à 1908, Roger Ballu est plus qu'un amateur d'art, il a enseigné l'esthétique et l'histoire de l'art tout en ayant d'importantes fonctions administratives. Il occupe depuis 1883 un des six postes d'inspecteur des Beaux-arts, un corps de hauts fonctionnaire chargé d'orienter l'enseignement de l'art.

 

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

 Il est aussi député de Seine et Oise de 1902 à 1906, membre d'un groupe antidreyfusard, le parti nationaliste. C'est dire qu'il ne s'entend pas très bien avec les amis artistes d'Eugène Carrière.

L'esthète a eu le temps de faire construire et décorer sa nouvelle résidence "La Sauleraie" dans un secteur encore vierge de Gournay mais n'en profite guère, il décède en 1908.

Il marque l'art en fondant sur le modèle de la Société des Artistes Français, organisatrice des salons et de la profession, la Société des Pastellistes Français dont il est élu Président.

 

Roger Ballu hérite du Château Rouge de feu Francis Nast 1792-1874, l'industriel maire de Gournay au milieu du XIXème. En 1925 l'ensemble immobilier est vendu par les héritiers à la commune de Gournay qui en fit sa Mairie.

Mécène, en 1901, Roger Ballu reçoit en résidence au Château Rouge le peintre Bernard Pierre Alfred Bertoletti, 32 ans qui demeure habituellement 90 rue de Monceau à Paris. Un artiste déjà bien connu, afin qu'il réalise son portrait. C'est un ancien élève de Léon Bonnat, de Barrias et de Fernand Humbert, membre de la Société des Artistes Français en 1904, il a exposé régulièrement au Salon de 1900 à 1925, où il fut plusieurs fois distingué et même lauréat de l'institut. en 1914

Bernard Bertoletti a peint des baigneuses et d'autres de scènes et paysages à Gournay que nous finirons par retrouver comme celle-ci peinte à Brolles-Bois-le-Roi"en 1910 ou 1916.

 

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

Une huile sur toile intitulée "Élégante au bord de la Seine" signée et datée 1910 ou 1916 . Vue  dans le Bulletin municipal de Bois-le-Roi  par Lucien Follet.

 

 

En 1901, deux autres artistes peintres sont recensés à Gournay :

Maurice Louis Monnot (1869-1937), 31 ans en 1901. Il demeure 10, rue Rabutteau (rebaptisée Eugène Carrière). Il expose de 1908 à 1912 au Salon de la S..A.F. Il est bien connu pour ses toiles de natures mortes avec de subtils reflets sur les cuivres qu'il a souvent exposées et sûrement vendues localement.

 

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

Nettoyage des cuivres.

Il n'est pas paysagiste. Les cuivres tournent à l'obsession chez lui, et s'il y a un personnage dans le tableau ce ne peut être qu'une dame dans un office, un cellier, une cuisine.

Les cuisines de la Maison Roux et celles de Hermann Régnier restaurateurs au quai de Chétivet,  ou  bien les casseroles cuivrées des matelotes de la péniche restaurant d'A. Motté au Pont de Gournay, l'ont sûrement inspiré.

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

Maison Émile anciennement Roux fondée en 1780 au Pont de Gournay et ses banquets

La Maison Roux est un peu en retrait du quai derrière quelques gros feuillus.

 

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

 

Richard Ranft (1862-1931) 30 ans de nationalité suisse, a fait un séjour éphémère en 1901  à  la Maison  Roux, l'hôtel-pension-restaurant fondé en 1780 (le futur Émile). Mais il a produit en peu de temps un grand nombre de pièces admirables, lithographies, aquateinte, gravures, eaux fortes, huiles, aquarelles de paysages avec animation.

L'artiste suisse âgé de 30 ans séjourne avec son épouse Henriette 38 ans qui l'a à l'oeil. Elle fait bien car l'atmosphère des dimanches et jours fériés y est plutôt festif.  L'établissement dispose d'espaces pour les banquets, mariages, fêtes et anniversaires ce qui fait que Richard Ranft n'est pas venu pour rien à Gournay. Il est venu pour l'ambiance nautique et festive. Beaucoup de pêcheurs y séjournent, y louent des barques. Justement c'est ce qu'il va faire.

 

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

Élégante dans une barque, vers 1905, gravure aquateinte imprimée à 50 exemplaires.

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

 

Photo Roger Szabo : Le Roman de Gournay Maryse Rivière 
Liv'Editions
La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

Est-ce que Richard Ranft essayait de se faire remarquer par l'influent Inspecteur des Beaux-Arts, Roger Ballu, en représentant plusieurs fois sa belle demeure du Château Rouge au second plan ?

Les élégantes qui s'y pressent pour faire des ballades sur l'eau, sont plutôt flattées d'être prises pour modèles. Mais le peintre ne se laisse pas distraire de son art et n'oublie pas d'inscrire les personnages du premier plan dont les poses sont mises en scène dans un cadre bien réel même s'il fait comme si le second plan était flouté par une petite brume de chaleur. Ci-dessous, en arrière-plan, se devine la péniche restaurant où il compte offrir un rafraichissement pétillant à ses belles pagayeuses.

 

Nota : L'aquateinte est une technique qui permet de réaliser des aplats de couleur sur la plaque de cuivre grâce à un grainage à la poudre de résine. C'est cette zone couverte de résine qui une fois fondue retiendra l'encre et permettra de créer différentes nuances de couleur selon le temps de morsure de l'acide sur la plaque.

 

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

Lucien Follet a repéré la péniche restaurant qui apparait en fond de toile

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

 

Le procédé est visible dans plusieurs de ses œuvres à Gournay avec les chantiers du marchand de sable, le château rouge, les berges, les péniches, les pécheurs à la ligne.

 

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

Encore le Château Rouge mais les élégantes sont remplacées par le dragueur et les chevaux de trait tirant les barges de Monsieur Bourgeois, marchand de sable à Chelles-Gournay.

 

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

Deux élégantes et plusieurs rameurs !  Ce n'est pas la galère. Il s'agit probablement de "Canotiers en Marne" de Richard Ranft cité par Mme Janine Bailly-Herzberg, dans son "Dictionnaire de L'Estampe en France 1830-1950, Paris 1985, p.272 . C'est une Aquateinte d'après une aquarelle peinte lors de son séjour à Gournay entre 1900 et 1905.

Richard Ranft a réalisé environ 85 gravures en couleurs de paysages à Gournay-sur-Marne, Chelles et Brou-Chantereine entre 1900 et 1902.

 

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

Quatre baigneuses au bord de l'eau. Aquateinte,

À remarquer au second plan comme si il était loin le passage d’un petit remorqueur à vapeur tractant des petites barges comme on en voyait à l'époque dans l'exploitation du sable de rivière.

(Bien évidemment il ne s'agit pas de la rivière Marne)

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

Richard Ranft ''Sous Les Saules'' (Under the Willows)- gravure

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

"Elégante au bord de l'eau" Peinture à l'huile sur toile

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

"Femme élégante en yole sous les lampions". Huile sur toile 50 x 26 cm

Venise ou Gournay-sur-Marne, allez savoir ?

 

Richard Ranft, catalogué Art Moderne en tant que peintre est considéré comme un spécialiste de l'estampe en couleurs où il rejoint parfois l'Art Nouveau parfois l'impressionnisme. Il est aussi écrivain et poète. Il réalise beaucoup d'illustrations, (certaines, pour Apollinaire notamment, sont un peu trop chaudes pour ce blog grand-public).

 

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

Déjà en 1895 Ranft exposait ses lithographies...

(Pour plus de précisions sur Richard Ranft à Gournay voir la notice )

 

 

René Lelong

Un autre illustrateur, d'avantage Art Nouveau, va faire beaucoup pour l'image de Gournay sur Marne, c'est René Lelong (1871-1933) dont l'affiche pour la Compagnie des Chemins de Fer de l'Est datant des années 20 est très connue et ses reproductions  se vendent comme des petits pains chez Amazon. On retrouve les canots, les élégantes et les embarcations et le fameux Château Rouge, en revanche les coteaux de Noisy ou de Gagny ne sont pas à leur place.

 

René Lelong a tout de même du mérite, contrairement à Richard Ranft il n'a pas pris le train de Gournay pour s'imprégner de l'ambiance qu'il rend pourtant bien.

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

 

René Lelong (1871-1933) - Gournay-Sur-Marne. Chemins de Fer de l'Est., l'original fait 71 x 102 cm. Le poster en vente chez Amazon est de 40 X60. L'illustrateur interprète un message publicitaire subliminal des Chemins de Fer de l'Est pour la destination Gournay-Sur-Marne que voici :  

"Disons que l'agitation parisienne vous a pris et que vous avez besoin de vous évader. Mais pas trop loin. Peut-être juste un séjour d'un après-midi pour restaurer votre santé mentale dans un grand espace ouvert. Peut-être faire un peu de bateau ou pêcher. Eh bien mon ami, les chemins de fer de l'Est ont la suggestion parfaite : Gournay-Sur-Marne, un village pittoresque à seulement treize kilomètres de Paris, situé sur un large méandre de la rivière et idéal pour apaiser une psyché citadine."

 

J'ai l'impression d'entendre Edmond vantant Gournay à ses amis en 1913 !

Et pour une fois  le message publicitaire ne ment pas.

 

La douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque.

René Lelong : La Grenouillère, illustration pour "La femme de Paul" de Guy de Maupassant

 

Ce n'est ni Gournay, ni Chelles, puisque ça se passe à Bougival "La femme de Paul" est un des contes de la "Maison Tellier"de Guy de Maupassant que je lisais autrefois en cachette.

 

http://www.maupassantiana.fr/Oeuvre/CNLaFemmedePaul.html

 

Merci Lucien Follet pour la présentation de cet intermède nautique à Chelles-Gournay, sa mise scène et décors, sponsorisé par la Compagnie des Chemins de Fer de l'Est.

 

 

 

Le Blog lemarneux est participatif sans but lucratif et sans publicité permettant la rentabilité des blogs... Les oeuvres images exposées présentent un intérêt de recherche et d'histoire pour la connaissance des sujets présentés, chaque fois que cela est possible les sources en  sont précisées...

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2023 1 15 /05 /mai /2023 09:39
incroyable découverte d'une photo du moulin de Chelles Menier à trois étages !

Cette photo a été prise avant 1895 date de l'incendie du bâtiment usine Menier du moulin de Chelles au bord de Marne.

Regardez avec minutie la gauche de cette image vous y trouverez l'édifice usine de pâtes alimentaires de l'industriel Menier :

incroyable découverte d'une photo du moulin de Chelles Menier à trois étages !

Depuis trente ans que l'on cherche cette image, nous devons à Claude Schwartz de l'avoir trouvée.

https://lavigue.blogspot.com/2018/06/entre-seine-et-marne-vers-1900.html

En effet si l'on savait que la bâtisse du moulin abandonnée en 1895 avait été transformée en habitations pour les ouvriers de Menier, toutes les cartes postales connues ne l'étaient que de cette transformation.

Aucune carte postale de la bâtisse usine à trois étages...

incroyable découverte d'une photo du moulin de Chelles Menier à trois étages !

Voici donc l'estimation du bâtiment Menier:

trois étages dont un mansardé 

la porte donnant sur les arches se situe la troisième depuis la droite.

huit fenêtres par rangée soit trente deux ouvertures...

les décorations de la toiture sont assez surprenantes il faudra les comparer avec celles de la chocolaterie de Noisiel...

incroyable découverte d'une photo du moulin de Chelles Menier à trois étages !
incroyable découverte d'une photo du moulin de Chelles Menier à trois étages !

Je suis le premier a avoir découvert cette affiche à la BNF, donnant 1878 pour la première médaille.

 

Ci dessous premier tableau du moulin de Chelles par un peintre :

incroyable découverte d'une photo du moulin de Chelles Menier à trois étages !
incroyable découverte d'une photo du moulin de Chelles Menier à trois étages !

Grâce à cette photo retrouvée du moulin Menier de Chelles

voici la nouvelle mise à jour de son fonctionnement:

 

" Moulin à transmission horizontale de l'énergie hydraulique" 

par l'industriel Menier pour une fabrique de pâtes alimentaires 1876 ou 1877 jusqu'à 1895. 

 

incroyable découverte d'une photo du moulin de Chelles Menier à trois étages !
incroyable découverte d'une photo du moulin de Chelles Menier à trois étages !

Ci dessus la même photo du moulin ayant un rendu carte postale ancienne

Magnifique photo en effet.
Je me permets de vous retourner le cliché après quelques améliorations (traitement personnel) visant à supprimer ou atténuer les halos...
Pierre-Louis Thill

 

 

VOIR :

La saga des Schwartz, Chelles-Gournay,

(premier tableau retrouvé du quai de Marne Chelles par un peintre)

à suivre les futurs développements...

(premier tableau retrouvé du quai de Chétivet Gournay par un peintre)

 

Voir aussi

les moulins conférence à UIA de Chelles par Lucien Follet

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2023 3 10 /05 /mai /2023 08:36
Renouveau au Chemin rural de la Belle-île de Chelles-Vaires

La Belle-île se situe au sud-est de la ville de Chelles, la passerelle métallique sur le canal portant le même nom date de 1860.  (Carte de IGN 1876 révisée en 1933)

 

Renouveau au Chemin rural de la Belle-île de Chelles-Vaires

Les dames de Chelles en visite au bord de Marne...

 

Renouveau au Chemin rural de la Belle-île de Chelles-Vaires

Aujourd'hui ce champ est devenu une pâture pour les chevaux. Cette année a vu la naissance de deux poulains ayant exactement la robe tachetée de leur mère...

Ce grand terrain de plus de trois hectares appartient à la Région avec une convention d'occupation temporaire accordée à l'éleveur de chevaux.

 

Renouveau au Chemin rural de la Belle-île de Chelles-Vaires
Renouveau au Chemin rural de la Belle-île de Chelles-Vaires
Renouveau au Chemin rural de la Belle-île de Chelles-Vaires

Sur cette carte de 1909, dont le sud est en haut de l'image , nous lisons bien  Chemin rural de la Belle-île:

cette route allait du centre ville de Chelles jusqu'à Vaires par le bord de Marne, (abandon de l'ancien halage avec l'ouverture du canal de Vaires à Neuilly...)

Il y avait donc deux sites portant le nom de Belle-île le long de cette route : un pour Vaires et un pour Chelles.

 

Renouveau au Chemin rural de la Belle-île de Chelles-Vaires

Famille d'Oies bernaches au détour de la promenade 

 

Renouveau au Chemin rural de la Belle-île de Chelles-Vaires

Pour ces poussins c'est leur toute première sortie à la découverte de la nature.

 

Renouveau au Chemin rural de la Belle-île de Chelles-Vaires
Renouveau au Chemin rural de la Belle-île de Chelles-Vaires

Bonne promenade au chemin rural de la Belle-île...

 

lemarneux

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2023 2 02 /05 /mai /2023 09:28
 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite
 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

 

La douceur de vivre des bords de Marne à Chelles et Gournay a séduit plus d'artistes qu'on ne le pense. Ici la Marne réunissait à la Belle Époque tout pour leur plaire. La rivière était devenue non navigable en 1865, année de la mise en service du canal de Vaires à Neuilly.

 

La nature, sa faune et sa flore avaient repris leurs droits sur les berges et dans l'eau. Les poissons, ce n'était pas le moindre attrait de nos bords de Marne, mais aussi les bains attestaient de la qualité de son eau même après le travail sur la berge et les pontons des blanchisseuses que certains appelaient ici "lavandeuses" et d'autres "lavandières". Edmond Schwartz, encore le bisaïeul ! direz-vous, qui fut dans l'industrie du savon avant de se marier connaissait son rayon avec les blanchisseuses.

 

Comme les photographes de cartes postales, les artistes peintres adorent "animer" le paysage de personnages. Seuls les plus grands peintres savent construire ces moments de grâce. Comme ici, ci dessus en 1895, le grand Léon Auguste Lhermitte (1844 Mont-Saint-Père-1925 Paris) voisin de Eugène Carrière à la Villa des Arts de Montmartre qui réalisa (comme un cinéaste) cette magnifique composition "Lavandeuses à Chelles »:

 

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

En sortant un peu tard du restaurant Damotte où il s'est régalé de matelote avec ses amis,  le Maître a posé son chevalet sur la berge toute herbagée du quai de Marne un peu en aval de l’établissement, où des personnes rinçaient dans la rivière les nappes du restaurant et les mettaient à sécher sur l’herbe… iI finirait le décor à la Villa des Arts plus tard.

(carte postale Damotte-Thommen collection particulière)

 

ci dessous

(IGN cartographie des Armées de 1895)

 

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

(Damotte est devenu Thommen en 1908)

 

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite
 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

 

Cette vue du peintre Lhermitte était bien à Chelles comme le démontre M. Follet:

 

Lucien Follet relève avec perspicacité que c’est bien le toit du 22 quai de Marne qui fait coucou en haut à droite de la toile, un clin d’oeil du maître malicieux à Edmond Schwartz pour qu’il achète la maison…

 

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

Berge du restaurant Thommen avec la vue de la toiture de la maison que l'on distingue sur le tableau de Lhermitte.

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

 

Lavoir et embarcadère du restaurant Damotte (1900) devenu Thommen par la suite...

 

Les bords de Marne de la Belle Epoque étaient sauvages, le vieux moulin de Chelles faisait de l'oeil aux artistes les plus blasés, comme aux plus verts dans ce  paysage de Camille Bourget (non daté, de 1918 à 1920)

 

(peinture sur toile 40x50 cm, signature en bas à droite, collection particulière chelloise)

 

 

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite
 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

Gustave POETZSCH 1870-1950

Le Moulin de Chelles en 1911,  60 X 45 cm

collection particulière après vente aux enchères

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

" Sur l'Eau " de P.E. Montézin 1911 (source Internet)

Pierre Eugène Montézin (1874 Paris-1946 Quimperlé)

En 1907 Montézin exposait "Bords de Marne à Chelles-Renoncules aquatiques", la toile fut judicieusement acquise par la fondation d'Adelheid et Edmond de Rothschild. Un succès retentissant pour la réputation et le moral de Montézin.

 

…………….( la reproduction de ce deuxième tableau ne nous est pas encore parvenue)……….

 

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

"La mare aux grenouilles " Pierre Eugène Montézin 1908 ( source Internet )

 

Edmond Schwartz proposait à Pierre Eugène Montézin de mettre sa maison du 22 quai de Marne à Chelles à sa disposition ..

Certains pensent qu'il aura surtout profité de Chelles pour pêcher le brochet avec son père et Edmond, au lieu de peindre comme l'aurait voulu Mme Montézin restée à Paris.

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

Recensement des habitants du quai de Marne en 1911 au n° 22  Montézin.

 

 

(carte postale collection particulière)

« c'était un peu çà, Mariette tricote Edmond asticote »

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

ci dessous:

La Marne en amont près du Moulin de Chelles

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

Ci dessous 

"Saule Pleureur- Effet matinal"  P.E. Montézin 1913 (source Internet)

 

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

À l'été 1913, Edmond profita une dernière fois de Chelles, y recevant sans doute Montézin qui devait réaliser les deux toiles à accrocher au Salon d'avril-mai 1914, une huile sur toile intitulée :

« Saule Pleureur-Effet Matinal »   et une seconde intitulée « Bouquet d’Arbres »

Le catalogue illustré du salon 1914 indique aussi que Montézin est maintenant domicilié (est-ce un pur hasard ?) au 29 rue du Château d’Eau Paris X à quelques dizaines de mètres de la Maison Schwartz-Ullmann, la plumasserie où Edmond a repris le flambeau des proches de sa chère Mariette qui faisaient leurs paquetages. En juin 1914, bien que réformé, Pierre E. Montézin s'engageait pour la durée de la guerre. René Schwartz, le fils d'Edmond, pourtant réformé en 1913 pour avoir abusé des plongeons dans la Marne en fait de même quinze jours plus tard. Des permissions, trop rares, permettront de revoir l'un et l'autre à Gournay. Montézin père qui s'était finalement installé à Chelles, s'y est éteint en mai 1920.

 

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

"l’hiver, la rive de Champs-sur-Marne vue depuis Chelles" , colorisée aussi simplement qu’un tableau…

 

Edmond avait acquis fin 1913, à Gournay-sur-Marne, le 12 rue Ernest Pêcheux et de grands terrains rue Faustin Besson, il céda le 22 quai de Marne, si plein de bons souvenirs.

 

 

carte postale 1905 Chelles - Les bords de la Marne

 

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

 

Pas refroidis le moins du monde par les crues, Edmond et Mariette Schwartz ne s'étaient éloignés que de 75 mètres de la Marne. Ils adorèrent Gournay et leurs amis ne rechignaient pas à venir pêcher à Gournay.  Après tout ce sont les mêmes brochets sur les deux rives.

 

( Carte postale, envoi d’un internaute.  Belle qualité photographique, mais le chien ne veut pas poser ! )

 

 

 

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

 

(petits tableaux de la fin du XIXe de peintres inconnus, bord de Marne à Chelles, collection particulière )

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite
 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

 

« Le peintre Lhermitte, voisin de Eugène Carrière à la Villa des Arts à Montmartre, était un de ses amis" nous confirme Mme Sylvie Le Gratiet, Présidente de la Société des Amis d’Eugène Carrière et conservatrice du Musée Eugène Carrière à  Gournay-sur-Marne;

le Maître Eugène Carrière est né à Gournay sur Marne le 16 janvier 1849. D’ailleurs une plaque commémorative de sa naissance fut apposée sur l’immeuble du 2 avenue Paul Doumer où se trouve le Tabac-Presse de l’Église…

 

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite
 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite
 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

Musée d’Orsay    1893  " Famille du peintre Eugène Carrière " 

(ce tableau, précise le Musée, n’est pas exposé actuellement)

 

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

" Paysage avec large rivière 1906 " Musée de Strasbourg

 La  douceur de vivre des bords de Marne à la Belle Époque, suite

Gournay pour la rive gauche et quai de Chétivet pour la rive droite, avant le virage de la rivière avec la Haute île au centre de face, la rivière s’écoule vers le fond de l’image.

« Quand les photographes colorisent leur photos, un peu influencés par les peintres de l’époque… Effet assez bien réussi pour cette carte postale »

 

Texte et recherche  par Claude Schwartz

Modérateur et mise en page pour le Blog Lucien Follet

 

 

remerciements à Claude Galley de la SAHC de Chelles

pour le registre de 1911 : recensement des habitants du bords de Marne à Chelles

 

(Complément d’informations par Claude Schwartz sur les peintres cités dans cet article)

 

 

voir aussi:

La suite n°3 de La douceur de vivre:

 

http://www.lemarneux.fr/2017/12/les-restaurants-du-quai-de-chetivet-a-gournay.html

 

http://www.lemarneux.fr/2015/06/restaurants-disparus-du-bord-de-marne-a-chelles.html

 

et sur les MOULINS: 

 

 

à suivre

en préparation :
"l’Entre deux guerres"
 
péniches baignades constructions développement
port sur le canal etc.
 
 
 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2023 7 30 /04 /avril /2023 13:34
Brebis et chèvre dans le Parc de Noisiel
Brebis et chèvre dans le Parc de Noisiel
Brebis et chèvre dans le Parc de Noisiel
Brebis et chèvre dans le Parc de Noisiel

Campanule sauvage sur le bord du chemin de promenade...

Ne cueillez pas les fleurs, laissez vivre et se reproduire...

 

lemarneux

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2023 4 27 /04 /avril /2023 09:34
Restaurant MALIDOR - matelote et friture à Chelles bord de Marne

Sur les bords de Marne, les restaurants, buvettes et guinguettes sont parmi les thèmes préférés des photographes de cartes postales à la Belle Époque. Le tenancier de la moindre buvette et le chef d'un restaurant guindé seront toujours flattés par cette publicité gratuite ou presque. Mais il vaudrait qu'ils vérifient la légende de leur carte postale avant tirage car des erreurs s'y produisent souvent. Il en fut ainsi avec Emile Malidor propriétaire de l'établissement iconique du Pont de Gournay situé au 40 quai de la Marne (renommé quai Auguste Prévost par décret présidentiel le 10/02/1922 en souvenir du maire de Chelles décédé subitement à l'âge de 52 ans en 1918 ).

 

Janvier 1910, l'émotion ramollit le cerveau  alors c'est la Maison MOLIDOR,

La façade qui n'est pas encore à l'enseigne MALIDOR indique "Ancienne Maison Jouanne-Vannier"

 

Restaurant MALIDOR - matelote et friture à Chelles bord de Marne

Été 1910 Légende correcte "Restaurant MALIDOR", la façade a été repeinte au nom de MALIDOR

 

Le recenseur de 1911 note au 35 quai de la Marne  Emile et Marthe Malidor Restaurateur, à côté un mécanicien puis deux familles de blanchisseurs et enfin juste au pont habitaient Queruel père et fils, pêcheurs sans doute les fournisseurs d'anguilles et de petits poissons à friture de M. Malidor.

 

 

Restaurant MALIDOR - matelote et friture à Chelles bord de Marne

Cette fois pas d'excuse, l'éditeur de cette carte a copié l'erreur de typographie du confrère

Restaurant MALIDOR - matelote et friture à Chelles bord de Marne

L'éditeur ne prend plus le risque d'écrire le nom du restaurant, Monsieur Émile Malidor s'en charge lui-même, il mentionne comme il est d'usage le nom de son prédécesseur M. Vannier

 

Restaurant MALIDOR - matelote et friture à Chelles bord de Marne

Publicité légale qui accompagne la cession du fonds de commerce de  " marchand de vins et restaurant" de la Veuve Vannier au couple MALIDOR actée le 10 septembre 1909 et publiée le 22 septembre 1909 page 3 du Journal de la Marne, une feuille publiée à Meaux, dans laquelle on trouvait aussi les résultats de concours des chevaliers de la gaule.

 

 Claude Schwartz 

 

 

 

VOIR : restaurants guinguettes du bord de Marne à Chelles

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2023 3 26 /04 /avril /2023 09:16
Passerelle flottante Chelles-Noisiel

Tant attendue elle arrive enfin la passerelle flottante reliant Chelles à Noisiel

 

Passerelle flottante Chelles-Noisiel

Il est question de remplacer cette passerelle flottante et d'en faire une fixe définitive,

actuellement le prix démontage et remontage est de 50.000 euros !

 

Passerelle flottante Chelles-Noisiel

Ce n'est pas simple ce système a été très mal calculé, l'accès complexe

 

Passerelle flottante Chelles-Noisiel

Vous pourrez bientôt traverser pour faire une promenade en circuit autour de la RNR des îles de Chelles

ou plusieurs familles de Hérons cendré nichent actuellement

Passerelle flottante Chelles-Noisiel

Entrée du parking de l'avenue des îles pouvant contenir 48 voitures, sur la gauche le chemin piétons cycles pour rejoindre le canal

 

Passerelle flottante Chelles-Noisiel

bonnes balades

 

lemarneux

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2023 5 21 /04 /avril /2023 22:40

Le boeuf a un anneau dans le nez
Le boeuf a un anneau dans le nez

Cette oeuvre fait partie d'un recueil pour le Piano de pièces intitulées Enfantines.

Il s'agit de toutes petites oeuvres de souvenirs,

dans le regard d'un enfant, misent en forme à l'âge adulte.

Le nombre de pièces n'en est donc pas encore fixé définitivement.

Il est possible que d'autres souvenirs viennent s'ajouter dans le futur à ce cahier de musique, 

si l'émotion les fait ressurgir en les concrétisant dans l'écriture.

Pièces de ce cahier Enfantines déjà publiées:

 

 

Les Amours déçus d'une jeune fille

 

Le Marchand de Bibelots

 

Ode à l'Enfance de Joseph Gossec 1794

 

(cette oeuvre ne fait pas partie de ce recueil Enfantines)

 

(Complément pour la Journée de la Terre:

Avec le temps j'ai compris que ce boeuf était trop vieux pour travailler, c'est le lourd boitillement que j'avais noté en écriture musicale et son anneau dans le nez ne lui avait pas été enlevé !)

 

Bonne lecture

Lucien Follet

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Blog de l'association Riverains bords de Marne CHELLES 77500
  • : Site participatif qui publie des actualités concernant la rivière Marne et ses alentours...
  • Contact


PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT
association agréée L.141-1 du Code de l'Environnement
par arrêté Préfectoral: de 2005 à 2013.

Recherche